mardi 24 mars 2020

Le temps... du confinement

Dans un écrit je parlais du temps. Le temps que l’on ne prenait plus.
http://ecrits.didierdufresne.com/2016/06/le-temps.html

Avec le confinement on va réapprendre ou même apprendre à découvrir le temps.

On va s’ennuyer et l’ennui est indispensable.

Je me souviens, enfant ou ado, il m’arrivait de m’ennuyer, c’était en fait une bonne émotion. D’abord on se posait, on pensait au passé récent, ce qu’on avait accompli puis on se tournait vers l’avenir, à ce qu’on pourrait faire. En général on sortait de ce sentiment assez rapidement surtout pour ceux qui savaient faire fonctionner leur imagination.

Maintenant on n’a plus le temps de s’ennuyer, car la mode est à la course en avant. Surtout ne pas s’arrêter pour ne pas avoir à faire une introspection qui nous ferait découvrir des occupations décevantes.

La technologie d’aujourd’hui nous permet une ouverture sur le monde, profitons du temps que l’on a pour se documenter, se cultiver, s’amuser, rire, tout est possible. On peut voir ou revoir des émissions, voir des documentaires, écouter des gens intéressants qu’on ne voit pas sur les chaines traditionnelles.

En dehors de cet outil, faire un repli sur soi même pour mieux se poser, se connaître et faire une cassure du rythme effréné vers un but pas toujours clair.

La contemplation est utile aussi, il faut méditer sur nos vies, pas seulement les nôtres mais celle du monde. Ce monde de consommation effrénée, ce monde de l’argent, de la globalisation. Penser à son environnement proche, faire vivre les commerces de proximité et de ce fait ne pas être dépendant d’économies de pays lointains.

Enfin! on peut prendre le temps. Le temps est une chose précieuse et chère. Là, nous avons l’occasion de le prendre sans contrainte. Surtout ne pas hésiter à l’utiliser pour se retrouver soi-même.

Le temps est un capital qui nous est donné à la naissance. Fructifions le.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire